Articles, Blog

Survivre en agriculture: deux visions, une cohabitation


quand on pense à l’agriculture en ontario on pense tout de suite au sud-ouest ou même à l’est de la province mais nous voici à cash b un petit village situé à environ une heure de route de ce bris et dans cette région du nord ont bien horrible des récoltes je dirais que la majorité la superficie utilisée en agriculture est faite par la grosse culture donc les champs de canola de maïs et de soya en ontario la taille moyenne d’une exploitation agricole est de 249 entre est ici comme ailleurs au pays la tendance est à l’expansion pour survivre il faut être de plus en plus gros déjà on avait 300 producteurs en région maintenant on est rendus peut-être cinquantaine d’années faute ajoute ton voisin mais au milieu de ces grandes cultures on commence à voir l’émergence de plus petits joueurs qui misent sur une toute autre structure commerciale chaque geste compose ici est vraiment basée sur cet article est ce que ça vient nuire à notre environnement ou à notre communauté ou est ce que ça vient rajouter moi c’est l’histoire de deux voisins deux agriculteurs à lapproche bien différentes qui réussissent malgré tout à trouver un terrain d’entente je m’appelle m’a abordée j’ai 41 m je gère une ferme des grandes cultures environ 1600 iso une forme de sa prestation dont le foin l’orge l’avoine de glee le canola et le lin et le soya la grande culture c’est vraiment la façon de cultiver du grain en ayant des petites marges profits c’est sa fonction du volume de ses livres ça prend pour le médoc offert une ville ça peut faire une vie sur 300 euros mais c’est facile ce domaine dans nos rues sont presque pas de sport mécanique mais en fait de vendeurs d’équipements sont souvent loin machine une oeuvre très grosse investissement ma philosophie si j’achète la machine un peu plus vieille que je peux encore réparé mais ça tombe en cause mon épaule de 60 mètres mais non c’est faire [Applaudissements] jusqu’à te dis terrain facile que c’est à faire des profits avec la même équipement salue ses limites parce qu’à un moment donné une voisins ont tenu une heure et puis après s’être fait plus grandir on est notre propre ennemi tous sont bien concentrés – daytona alors c’est consommer mais le mouvement de les plus petites fermes cette échelle les autres vont directement consommateurs avec des marges pour mal que cédric isabelle spence lago et puis j’ai et 34,1 [Musique] donc ici on fait une bassiste au jardin maraîcher on a 40 pouces différents légumes et puis la vaste majorité de ces légumes fleurs sont visées pour un programme d’accès c’est agriculture soutenue par la communauté donc c’est désabonnement que les gens y font en début de saison en échange il reçoit des légumes frais à tous les semaines pour la saison estivale dans cette affaire nous prêter son couple mais ils vont être le voisin va ce qui fait c’est différent dans le sens que lui des sommes que des hommes que des orques à couvrir nos cusip seulement environ quatre ans qu’il n’y ait de superficie on à 135 rames et qu’on nourrit pendant l’été on se dit qu’on est au-delà du bio donc on n’utilise aucun pesticide même pas su qu sont approuvées au biologique c’est absolument plus du style que les gens un cran et puis la presse des cas tous les ans on est déjà vraiment vraiment excités qui viennent travailler sur la pente et puis ils me disent toujours la même chose comment vous le faire pipi part c’est sûr et certain que ça demande des sacrifices si quelqu’un est malade moi aussi quand même je fasse d’accueil si l’on il ya des coupures dans la fonction publique à l’échelle provinciale nous on a plusieurs clients qui travaillent la fonction publique est-ce qu’on va être encore leurs priorités donc ce genre de choses comme ça qui est vraiment un impact majeur sur la rentabilité de la ferme dans nos voisins je les vois tous les jours je pense de valeur ferme un pacte à cabine est reconnue depuis deux ans garde à quatre pattes entend tirer les mauvaises herbes à 32 degrés au soleil de 6 heures le matin et à 10h le soir au tout début je pense que beaucoup de je dirais comme les producteurs traditionnels c’est un gars qui font on connaît pas sur ces différents on voit le succès ça continue chaque année a grandit chaque année sont très respectés moi je les respecte absolue m sasseville c’est bien au quotidien la cohabitation les deux mois je trouve ça le fun quand on est dans le champ on a travaillé on ne voit pas ses détracteurs ce jour bonjour bien apporter des balles de foin et de tentes à tous qui n’a trahi c’est ce qu’il fait avec son poing et puis on peut faire des échanges le sait vraiment s’ennuyer déjà donné de date d autres 110 en biologie mois compétition commence alors j’utilise des pesticides je pense vraiment certain que j’avais pas leur production lobo de jouer un seul petit et gouttelettes de deux derbies c’est quelque chose à moi même pourrait détruire une récolte complète posons c’est vraiment la communication je voudrais que l’ajustement que s’est fait au fil du temps est vraiment plus chez moi comme dans ma taille on est vraiment devenu dvd fermé parce qu’on était un activiste qui je voulais pas je suis marché à montréal avec une part iv leur fallait que je fasse quelque chose pour assez d’aidé au système alimentaire donc quand je vais arriver c’est ce que je me disais c’est cette fois la manière de le faire tout ça fallait que je reconnaisse qu’une place pour ça peut-être que si nécessaire qu’on pense à travers de cet autre enseignant au regard de quelques jours [Musique] on a entendu parler les ogm je sais que beaucoup de différentes opinions ce sujet mais ça fonctionne ap la terre en une population de 7 millions de dire ça va monter à 9 millions dans le champ trentaine chaque année on perd le père écoles grandissent pour nourrir tout le monde leur sont moindres non pas pour rentabiliser nos aux orages pour sortir davantage plus grandes mains je pense la seule façon de le faire c’est avec la technologie moi dans mon idéal ce serait que tout le monde prend port à leur alimentation si chaque individu sur la planète avait un potager de comme deux part du ca couperet le besoin de culte passion d’une grosse proportion d’un point de vue écologique on est beaucoup moins écolo que quelqu’un qui régissent le chercher dans son jardin avec moi dans un monde idéal ce serait que les gens et en font de plus en plus de cette crispation l’opinion bien juste rentrée [Musique]

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *